Quel est ton appel ?

Sammantha Thom 19 août 2021 - 11 min
Quel est ton appel ?

Dans le milieu chrétien, et particulièrement dans l’univers évangélique, l’on entend beaucoup parler de « l’appel ». Effectivement, de nombreux chrétiens se demandent très souvent à quoi Dieu les a appelés et comment ils pourraient rentrer dans ledit appel.

Pour répondre à ces questions et revenir à l’origine biblique de l’appel, nous avons rencontré Ismaël Bastrash, pasteur exécutif de l’église Gospelvie à Montréal.

Interview

Veille sur ton cœur. – Directeur de la conférence jeunesse Paradox des Assemblées de la Pentecôte du Canada (APDC), mari et père de deux enfants, et enfin pasteur qui est, je le crois, votre première vocation. Comment êtes-vous devenu pasteur et depuis combien de temps assumez-vous ce rôle ?__

Ismaël Bastrash. - Je suis pasteur à Gospelvie depuis maintenant huit ans. J’ai commencé comme pasteur jeunesse et j’ai occupé ce rôle pendant cinq ans. Depuis ces trois dernières années, je suis pasteur exécutif. Je suis responsable de la supervision de tous les ministères de l’église et de son bon fonctionnement ; mon rôle est de m’assurer que l’église rentre dans sa vision, c’est une super belle responsabilité !

Goseplvie c’est mon église locale, c’est l’église de mes parents. J’ai grandi dans cette église-là et j’ai toujours eu à cœur d’y servir. Nous parlons justement d’appel aujourd’hui, et Dieu a déposé en moi un appel à servir l’église en tant que vocation. C’est ce que je fais maintenant. J’ai suivi des cours à l’école biblique et des formations, ensuite des opportunités se sont présentées à moi. J’ai fait des pas de foi et c’est comme ça que je me suis retrouvé où je suis aujourd’hui.

Vous avez fait des pas de foi. Dieu a honoré votre foi, et aujourd’hui vous vivez dans votre appel ?

Oui, exactement. Je me suis préparé et quand l’opportunité s’est présentée, j’ai fait un pas de foi.

L’« appel » est un terme qui revient beaucoup dans le milieu chrétien, qu’est-ce que les croyants entendent habituellement par l’« appel » ?

Généralement, dans les églises évangéliques, lorsqu’on parle d’appel, on parle de l’invitation de Dieu à suivre une certaine vocation. On peut également définir l’appel comme la mission spécifique ou non que Dieu nous donne sur cette terre.

Je crois que nous avons tous été créés pour une raison. La Bible nous dit aussi que Dieu a créé toute chose pour un but, nous avons été créés par lui et pour lui. Alors je répondrais oui, chacun a un appel, une raison d’être sur cette terre.

Est-ce une notion biblique ou religieuse ? Par exemple, l’Église est une notion biblique, c’est Jésus qui l’a fondée. Mais le programme de chaque église (louange, prédication, etc.) est propre à chacune.

Bien que son application peut changer d’une église/culture à une autre, l’appel est une notion biblique. Regardons par exemple aux différents héros de la foi, ils ont tous reçu un appel de Dieu à un moment donné : Moïse a reçu l’appel de délivrer le peuple d’Israël, alors qu’il rencontre le buisson ardent ; David a été est oint pour devenir roi ; Dieu a appelé Abraham à devenir le père d’une nation, d’une multitude. Donc à plusieurs reprises dans la Parole, on retrouve des personnes à qui Dieu confie une mission spécifique.

On voit aussi dans le Nouveau Testament qu’il existe, en plus du ministère général, différents ministères qui sont un peu plus spécifiques (évangélique, apostolique, prophétique, etc.) qui étaient attribués à différentes personnes dans l’église. L’apôtre Paul dans Romains 11.29 dira : « Car les dons de la grâce et l’appel de Dieu sont irrévocables. » Paul parle ici de l’appel de Dieu, de ce qu’il confie comme mission. Ou encore 1 Corinthiens 7.17 : « Seulement, que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu ». Donc on voit quand même (même s’il s’agit d’une traduction), le mot « appel » qui revient.

Justement, vous parlez des différents ministères et des dons, et l’apôtre Paul précise dans Éphésiens 4.7 que les dons sont pour l’édification de l’église. Jésus quant à lui envoie les chrétiens faire de toutes les nations des disciples, ce qu’on appelle communément la grande commission (Marc 16.15). Y’a-t-il une différence entre l’appel et la grande commission ?

Je dirais que les deux sont quand même liés. On pourrait dire qu’il y a l’appel général et dans cet appel, il y a des sous-nappes ou des appels spécifiques. Par exemple, tous les êtres humains reçoivent un appel : celui de croire en Jésus. Tous les chrétiens à leur tour reçoivent un appel : celui d’obéir aux commandements de Dieu, d’aimer son prochain, etc. Ensuite, il y a l’appel de devenir semblable à Christ, de produire le fruit de l’Esprit. Il y a enfin l’appel de faire connaitre le nom de jésus, d’être le sel de la terre, la lumière du monde. Tout ça fait partie de l’appel général lancé à tous les enfants de Dieu.

Si je peux donner une illustration, c’est un peu comme dans l’armée. Sa mission générale est de défendre le pays et d’assurer la sécurité des citoyens. Cependant, ce ne sont pas tous les soldats qui sont en ligne de front ; chacun a sa position et joue un rôle différent. Certains sont dans des bureaux et travaillent dans l’administration, d’autres cuisinent, soignent ou développent de nouvelles technologies.

Dans ce sens, l’Église est comme l’armée. Elle a un appel général dans lequel chaque membre trouve ensuite un appel qui lui est propre. Alors oui, le chrétien reçoit l’appel de propager l’Évangile, mais il peut le faire dans l’enceinte de l’église, au travers de sa carrière, dans les médias, etc.

Donc Dieu est celui qui appelle dans le but de faire connaitre Jésus, de sauver des âmes. Est-ce que cela signifie que tous les chrétiens sont appelés à une œuvre bien particulière ?

C’est une question complexe, mais je pense qu’en général tout le monde a un appel. Je crois que nous avons tous été créés pour une raison. La Bible nous dit aussi que Dieu a créé toute chose pour un but, nous avons été créés par lui et pour lui. Alors je répondrais oui, chacun a un appel, une raison d’être sur cette terre. Et chacun a une place, un rôle à jouer dans le plan de Dieu pour l’humanité.

L’appel n’est pas quelque chose de statique. Ce n’est pas une destination à laquelle tu te rends et une fois arrivé, tu te dis : « ah je suis dans mon appel, je n’ai plus à progresser ». L’appel est dynamique, il évolue.

Revenons donc sur la question de la vocation. Habituellement, lorsqu’on entend « appel », on l’associe automatiquement au ministère. On s’attend à voir un évangéliste ou un chantre, quelqu’un qui parfois vit de ce ministère et ne fait rien d’autre. Mais est-ce que l’appel va au-delà des murs de l’église ? Est-ce qu’il s’étend au chirurgien, à la comptable, au chef pâtissier, à la femme au foyer... ?

Cette réflexion nous ramène à l’analogie de l’armée. Le rôle que tu dois jouer en servant Dieu peut se faire sur ton lieu de travail ou dans ton école. Tu peux rentrer dans ton appel par ta carrière ou par un ministère. D’autres même, comme l’apôtre Paul, travaillent uniquement dans le but de financer leur ministère. On ne peut pas dire que l’appel c’est juste une chose, c’est plus complexe que ça. Je rentre dans mon appel dans la vie de tous les jours. C’est chaque jour que je me laisse utiliser par Dieu.

army

Est-il possible que l’appel change ? Pas dans le sens où Dieu aurait changé d’avis, mais dans la mesure où tu rentres dans une saison différente. En d’autres termes, Dieu sait ce qu’il a préparé pour toi depuis le ventre de ta mère, mais il te le relève au fur et à mesure que tu fais des pas de foi. C’est bien cela que vous exprimiez tantôt ?

L’appel n’est pas quelque chose de statique. Ce n’est pas une destination à laquelle tu te rends et une fois arrivé, tu te dis : « ah je suis dans mon appel, je n’ai plus à progresser ». L’appel est dynamique, il évolue. Alors qu’on marche avec Dieu, le Seigneur nous emmène d’une saison à une autre.

Pour revenir à l’illustration de l’armée, un soldat peut être transféré dans un autre régiment, changer de poste, obtenir une promotion, etc. c’est Dieu le Grand Général, c’est lui qui sait ce qui est nécessaire pour bâtir son royaume, et il arrivera que l’appel change. Moi-même, je l’ai expérimenté. Pendant un temps j’avais l’appel de prendre soin des jeunes adultes et des adolescents ; mon cœur battait pour cette mission et je sentais que j’étais vraiment dans mon appel à ce moment-là. Puis, j’ai ressenti que Dieu m’appelait à faire autre chose, qu’il me dirigeait vers les médias. C’est pourquoi il faut rester sensible à la voix du Seigneur et marcher avec lui ; ça vaut pour toute notre vie.

Il y a beaucoup de chrétiens qui ont peur d’être en train de faire autre que chose que ce qu’ils ont été appelés à faire. Est-ce raisonnable de vivre avec une telle crainte ou faut-il se reposer sur le fait que nous avons été fidèles à Dieu et se dire : « je ne suis pas trop sûr de ce que Dieu attendait de moi, mais bon, au moins je ne vais pas au ciel les mains vides » ? En d’autres termes, qu’arrive-t-il si l’on manque notre appel ?

C’est une bonne question. Pour commencer, le plus grand appel à ne pas manquer est celui du salut. Il faut répondre à l’invitation de Jésus de faire de lui notre sauveur et notre maitre. Une fois chrétien, le prochain appel est de garder notre cœur tourné vers Dieu, de continuellement chercher à lui obéir.

Maintenant, la vérité est que le pas de foi que Dieu attend de toi n’est pas toujours à 100 % clair. On n’a pas tous la grâce de voir un buisson ardent, ou un ange dans notre chambre qui nous dit exactement quoi faire. Parfois, l’appel est initié par nos sentiments, nos convictions ou nos idées. Il ne faut pas non plus se mettre trop de pression et se demander si on a raté notre destinée ou fait les mauvais choix. Se mettre autant de pression ne sert à rien, car à la fin, c’est Dieu, et pas nous, qui a le contrôle de notre vie.

On prendra de bonnes décisions, mais il arrivera aussi qu’on en prenne de moins bonnes. On réussira certains coups et quelquefois on fera des erreurs. Toutefois, je crois que ce qui compte pour Dieu, et ce qu’il honore, c’est la disposition de notre cœur et les pas de foi qu’on aura pris pour lui. Dieu est souverain et ce n’est pas une décision qui va ruiner ta vie. Ce qui est important, c’est de garder ton cœur à la bonne place, c’est-à-dire dans l’obéissance à Dieu. Souvent, Dieu permet même que nos erreurs nous emmènent dans de nouvelles dimensions de notre appel.

Je rentre dans mon appel dans la vie de tous les jours. C’est chaque jour que je me laisse utiliser par Dieu.

Avez-vous des conseils pour aider le lecteur de Veille sur ton cœur qui souhaite découvrir son appel ?

  1. Commence avec l’appel général : croire en Jésus, lui obéir, devenir semblable à lui et le faire connaitre dans ton entourage, et sois fidèle.
  2. Cherche à servir dans ton église locale, implique-toi et sers, peu importe où il y a un besoin. Sois utile où Dieu t’a placé. Jésus dira : « sois fidèle dans les petites choses et je t’en confierai de plus grandes ».
  3. Apprends à te connaitre : l’appel est souvent lié à tes talents, ta personnalité, tes passions, tes rêves, etc.
  4. Sois attentif aux opportunités qui se présentent à toi, aux portes que Dieu ouvre.

J’aime beaucoup l’histoire de Néhémie qui a reçu l’appel de rebâtir le Temple. Il n’a pas reçu de révélation angélique, il a simplement entendu la nouvelle que le Temple était en ruines et c’est devenu un fardeau qui pesait sur lui, ça l’a profondément attristé. Il a prié et dit au Seigneur qu’il voulait faire quelque chose. Et Dieu lui a donné sa faveur et ça a été sa confirmation que c’était bien l’appel de Dieu pour sa vie.

Pour conclure, Pasteur Ismaël, pourriez-vous nous dire pourquoi il est important de connaitre son appel ?

Tout simplement parce qu’on ne peut pas tout faire. Personne n’est bon dans absolument tout, et si on veut voir le Royaume de Dieu grandir, il faut laisser Dieu nous placer dans des endroits spécifiques où nous serons efficaces et où nous porterons du fruit. C’est pourquoi il est important de prier et demander au Seigneur de nous révéler notre appel, nous devons désirer porter du fruit pour sa gloire.

Merci, Pasteur Ismaël, d’avoir accepté d’être l’invité de Veille sur ton cœur aujourd’hui. Je sais que votre message a semé quelque chose dans les cœurs de notre lectorat, et je prie qu’ils soient nombreux à découvrir l’appel de Dieu pour leur vie.

Sammantha Thom

Avez-vous aimé cet article ?

À lire aussi

Les différentes saisons de la vie chrétienne

Les différentes saisons de la vie chrétienne

8 min

Comment devenir un disciple de Christ ?

Comment devenir un disciple de Christ ?

8 min

Comment faire confiance à Dieu ?

Comment faire confiance à Dieu ?

9 min

Voir plus

Rejoignez la communauté

En vous inscrivant à notre lettre de nouvelles