Qu'est-ce qu'un comportement auto-destructeur et en ai-je ?

Sergine Clermont 07 juin 2024 - 6 min
Qu'est-ce qu'un comportement auto-destructeur et en ai-je ?

Il est souvent plus facile de remarquer les défauts des autres plutôt que les nôtres. Nous avons tendance à nous éloigner des personnes que nous considérons comme toxiques afin de nous protéger, ce qui est normal et logique. Qui voudrait être proche d’une personne problématique ? Personne !

Tu vois la paille dans l’œil de ton frère, mais tu ne remarques pas la poutre dans ton œil !

Matthieu 7.3

Mais que se passe-t-il lorsque nous nous regardons nous-mêmes ? Peut-être que les reproches que nous faisons aux autres révèlent ce que nous avons en nous. T’es-tu déjà remis en question en envisageant que tu pourrais être la personne problématique dans une relation amicale, amoureuse ou même familiale ? Bien sûr, il n’est pas toujours facile de reconnaître ce type de problème, mais lorsque certains schémas se répètent, cela devrait nous alerter.

Qu’est-ce qu’un comportement autodestructeur ?

Un comportement autodestructeur est une manière d’être ou d’agir, souvent inconsciente, qui nuit au soi chez un individu. Ainsi, de manière active ou passive, la personne peut se causer du mal sur les plans physique, émotionnel, relationnel, professionnel et même spirituel.

En effet, je ne comprends pas[c] ce que je fais : je ne fais pas ce que je veux, et c’est ce que je déteste que je fais.

Romains 7.15

Nous avons tous sans doute affiché un comportement autodestructeur au moins une fois dans notre vie, le fait par exemple de manger ses émotions plutôt que d’apprendre à les gérer sainement. Cependant, il y a une différence entre prendre occasionnellement une petite décision qui aura des conséquences désagréables dans notre vie (comme choisir de se coucher tard pour trainer sur les réseaux sociaux au lieu de se reposer en vue de la longue journée qui nous attend le lendemain), et être une personne autodestructrice, une qui s’inscrit dans un schéma autodestructeur. Dans le premier cas, il peut encore s’agir d’un choix, d’un manque de sagesse ou d’une mauvaise habitude à corriger, tandis que dans le second, la personne est prise au piège d’une mentalité qu’il faut briser ou de blessures dont elle doit guérir.

Quelles sont les caractéristiques d’une personne autodestructrice ?

Ce qui caractérise une personne autodestructrice est que ses comportements autodestructeurs sont devenus des traits de personnalité permanents. Peu à peu, cette négligence à prendre soin d’elle-même dans certains domaines, cette autodévalorisation, cet autosabotage, cette tendance à prendre des décisions et poser des actions qui lui nuisent ou la dégradent ont commencé à faire partie de qui elle est.

Il n’existe pas de liste exhaustive de comportements autodestructeurs, mais en voici quelques exemples :

· La procrastination :

bien que la procrastination puisse parfois être causée par un manque de temps ou des raisons légitimes, lorsqu’elle devient un mode de vie, elle nous empêche d’atteindre nos objectifs, engendrant de la frustration et des cycles infernaux difficiles à briser.

· La difficulté à se pardonner soi-même :

Judas et Pierre ont tous deux trahi Jésus, mais ont réagi différemment quand ils ont été confrontés à leur trahison. Judas s’est suicidé alors qu’il aurait pu se repentir et sauver sa vie, tandis que Pierre a reconnu sa faute, s’est repenti, et a accepté le pardon de Dieu.

· Le découragement et l’apitoiement sur soi :

face aux difficultés, certaines personnes ont tendance à adopter une attitude pessimiste et à se plaindre constamment, ce qui conduit à la victimisation et à la médisance.

· Une mauvaise hygiène de vie :

il est essentiel de ne négliger aucune des parties qui forment l’homme : le corps, l’âme et l’esprit. Une mauvaise hygiène de vie et une alimentation déséquilibrée peuvent par exemple entraîner de graves problèmes de santé physique comme mentale.

· L’isolement social :

les personnes autodestructrices ont souvent tendance à s’isoler et à adopter des comportements nuisibles qui repoussent les autres, ce qui renforce leur isolement.

· La dévalorisation :

à cause d’une faible estime de soi, la personne accepte facilement des pensées et des paroles destructrices, souvent alimentées par le désir d’être prise en pitié.

· L’automutilation :

un comportement extrême où certaines personnes se blessent physiquement pour soulager une douleur émotionnelle.

Nous pouvons aussi citer : le perfectionnisme maladif, les objectifs irréalistes, la dépendance aux substances, le sabotage de ses relations, un sentiment d’échec constant, l’abandon de projets entamés, etc.

Il existe de nombreux comportements autodestructeurs même sur le plan spirituel, comme passer des semaines à implorer le pardon de Dieu pour un péché qu’il a déjà pardonné ou négliger sa croissance spirituelle parce qu’on ne sent pas digne d’être utilisé par Dieu, ou encore s’isoler des frères et sœurs de l’église quand on traverse une période difficile.

Ces comportements autodestructeurs peuvent avoir différentes causes, notamment des blessures émotionnelles, des traumatismes vécus dans l’enfance, un manque d’estime de soi, des problèmes de santé mentale et des addictions.

Comment savoir si je me nuis à moi-même ?

Malheureusement, bon nombre de personnes autodestructrices ne réalisent pas qu’elles le sont, car cette réalité est devenue leur normalité. Dans deux semaines, nous publierons un article qui offrira des conseils pour se débarrasser de ces comportements nuisibles. Apprenons d’abord à les reconnaître en nous posant les questions suivantes.

Quels types de pensées ou d’émotions me dominent la plupart du temps ? Une personne autodestructrice est souvent dirigée par ses émotions négatives, a des pensées de dévalorisation, et nourrit toutes sortes de mauvaises pensées à son propre sujet et sur les autres.

Trouvé-je des excuses pour ne pas faire ce que Dieu me demande de faire ou pour mépriser ce que j’accomplis de bon ? Si tu manques de confiance en toi, si tu te considères comme insignifiant ou sans valeur, il te sera impossible de faire ce que Dieu attend de toi.

Mes habitudes de vie servent-elles à mon épanouissement et à atteindre mes objectifs ou me font-elles stagner, voire régresser ? Si tu te retrouves dans un emploi (ou une activité) qui ne correspond pas à tes valeurs ou à tes objectifs de vie, alors tu pratiques l’autosabotage.

Est-ce que je cherche du réconfort dans la nourriture, les relations avec le sexe opposé, l’alcool ou autre chose que je sais être ultimement mauvais pour moi ? Ai-je une addiction quelconque ? Chercher du réconfort dans la nourriture, le sexe ou l’alcool peut indiquer un problème plus profond. Christ nous a affranchis, nous ne devrions plus être esclaves de ces choses.

Ma relation avec Dieu a-t-elle grandi depuis que j’ai confessé Christ ou en suis-je encore au même point qu’il y a trois ans ? Une stagnation dans ta relation avec Dieu peut être un signe que quelque chose ne va pas.

Après avoir trouvé les réponses à ces questions, nous t’invitions à approfondir ton introspection.

1. Analyse ta relation avec Dieu

La profondeur de notre relation avec Dieu peut révéler si nous avons des comportements autodestructeurs. Une personne autodestructrice peut être hypocrite dans sa relation avec Dieu. Elle peut chérir ses défauts et ne pas réellement désirer s’en débarrasser. C’est pourquoi, même si elle va à l’église, sa vie ne change pas. Elle peut avoir de faux raisonnements et manquer de constance dans sa méditation des Écritures, la lisant superficiellement ou pas du tout. Ce comportement destructeur l’empêche d’être délivrée de ses faux raisonnements, car elle ne se livre pas complètement à Dieu et ne s’expose pas au miroir de la Parole pour être libérée. Voici des questions qui peuvent t’aider à évaluer ta relation avec le Seigneur : est-ce que j’entretiens une bonne relation avec Dieu ? Dans quels péchés retombé-je souvent ? Quelle est ma plus grande faiblesse ? Quelle est la chose qui vole souvent ma paix ?

2. Analyse la façon dont tu te traites soi-même

Peu importe à quel point une personne est toxique, la première personne qui en souffre profondément, c’est elle-même. Une personne autodestructrice est souvent son propre tyran, se montrant très dure, voire cruelle, envers elle-même. Elle peut s’infliger des souffrances émotionnelles et même physiques. Généralement, c’est une personne qui se néglige, que ce soit en termes d’apparence, de santé, d’alimentation ou même de santé mentale. Voici quelques questions pour t’aider à révéler ce que tu penses de toi-même : est-ce que je m’aime ? Est-ce que j’aime mon corps ? Suis-je capable de rester seule ? Est-ce que j’apprécie ma propre compagnie ou préféré-je être toujours entourée ? Est-ce que je prends soin de moi (corps, âme et esprit) ? Est-ce que je me repose suffisamment ? Est-ce que je fais systématiquement passer les désirs des autres avant mes propres besoins ?

3. Analyse tes relations

Les personnes autodestructrices peuvent nuire aux autres, mais elles attirent souvent des personnes qui leur ressemblent et même qui sont plus nuisibles. C’est pourquoi elles se retrouvent souvent dans des relations abusives ou toxiques, supportant des comportements qu’une personne saine et équilibrée ne supporterait pas. Bien souvent, elles ignorent les signaux d’alarme qui les mettent en garde contre une relation qui aura vite fait de mal tourner. Voici quelques questions pertinentes à te poser : quelle est en général la dynamique de mes relations ? Est-ce que je tombe toujours sur des personnes qui finissent par mal me traiter ou abuser de moi ? Mes proches me tirent-ils vers le haut ou vers le bas ? Qu’est-ce qu’on me reproche souvent ? Suis-je une personne agréable à côtoyer ? Suis-je plutôt conflictuelle ou pacifique ?

Malgré tous ces exemples, nous devons savoir qu’il y a des choses enfouies en nous que seul Dieu peut nous révéler. La Bible nous dit que tout est à nu devant lui. Même lorsque nous ignorons certaines choses, ce n’est pas le cas pour Dieu ; non seulement il voit tout, mais il connaît ce qui a pu engendrer nos comportements audestructeurs. C’est pourquoi il est crucial de lui demander de sonder notre cœur et de nous montrer ce qu’il y a au plus profond de nous.

Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Éprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l’éternité !

Psaumes 139.23-24

Qu’as-tu découvert sur toi aujourd’hui ?

Veux-tu briser tes comportements autodestructeurs une fois pour toutes ? Mariam Coulibaly, fière ambassadrice de l’entrepreneuriat féminin au Québec et PDG de Startop (un incubateur qui aide les femmes de valeur à identifier leur potentiel pour entreprendre) donnera un atelier nommé « Cesse l’autosabotage » le samedi 31 août 2024 lors de la conférence Splendeur au lieu des cendres 2024 . Découvre ici l’interview qu’elle nous a donné en 2023 : Le mindset d’une femme qui réussit.

Sergine Clermont

Avez-vous aimé cet article ?

À lire aussi

Comment développer sa féminité

Comment développer sa féminité

5 min

Qu'est-ce que la féminité selon Dieu

Qu'est-ce que la féminité selon Dieu

10 min

Mon hypersensibilité n’est pas une faiblesse, mais un don de Dieu

Mon hypersensibilité n’est pas une faiblesse, mais un don de Dieu

2 min

Voir plus

Rejoignez la communauté

En vous inscrivant à notre lettre de nouvelles